Direct

2 mars 2016
08:52
On l'a appris ce martin. Le premier ministre ne sera pas en Nouvelle-Calédonie du 10 au 14 Mars prochain, mais vraisemblablement à partir du 13 Avril. Le report de cette visite expliqué par la volonté du premier Ministre de rencontrer les partenaires sociaux alors que le projet de Loi sur la réforme du travail fait débat en métropole.
23 février 2015
12:35

Information Radio Rythme Bleu : le dernier évadé du Camp-Est n’est plus dans la nature. Anderson Katé était recherché depuis qu’il s’était fait la belle, avec 3 autres détenus, le 4 Avril 2014.Les 3 autres évadés ont, depuis, été retrouvés. Anderson Katé s’est constitué prisonnier ce matin.
Il est actuellement en garde à vue et sera ensuite transféré au parquet. 

18 décembre 2014
14:48
Bravo à Stéphanie qui a gagné le collier de perles de Tahiti d'une valeur de 780 000 f offert par Créator. Son SMS a été tiré au sort le 12 décembre.
Elle est venue chercher son cadeau de Noël dans les studiod de Radio Rythme Bleu



Une auditrice heureuse et qui porte les bijoux à merveille...



Gérald Prost, le Directeur d'antenne, Christian Pec, le responsable de Créator, Stéphanie et son mari
14 novembre 2014
18:09

 

Nouméa, le 14 novembre 20vembre 2014

 


Pierre FROGIER
Sénateur
de la Nouvelle-Calédonie

 

 Monsieur le Président de la République,

 

 Entre le sommet du G20 à Brisbane et une visite d'Etat en Australie, vous avez décidé de vous rendre en Nouvelle-Calédonie, alors que débute la dernière phase du processus de l'Accord de Nouméa pour s'achever, au plus tard en 2018, par l'organisation d'un referendum d'autodétermination.

 

Par ce courrier, je souhaite, Monsieur le Président, vous faire part de mon intime conviction : Ce référendum d'autodétermination n'est pas conforme à l'esprit de l'Accord de Nouméa et des accords de Matignon-Oudinot qui l'ont précédé, car il n'est pas susceptible de résoudre l'équation qui nous est posée : satisfaire deux revendications radicalement antagonistes.

Depuis plus de 25 ans, la cogestion du territoire entre indépendantistes et nous, est devenue la norme, ce partage des responsabilités étant organisé autour d'un concept innovant, celui de la collégialité.

 

Lors de votre visite, vous allez vous incliner sur les tombes de Jacques Lafleur et de Jean-Marie Tjibaou. Ils ont, par leur poignée de mains, scellé un accord de paix et de réconciliation.

Ce geste nous oblige, nous engage aussi, en nous rappelant que la solution du referendum d'autodétermination est illusoire, quand elle prétend trancher ce qui doit être débattu, et destructrice, quand elle risque de séparer ces mains qui se sont unies.

 

S'engager dans le processus d'autodétermination c'est valider la logique du "bloc contre bloc", déjà à l'œuvre pour les élections législatives de 2012 et les élections provinciales de 2014, au risque de libérer, plus encore, les forces centrifuges alors que nous avons démontré, pendant des années, cette capacité à surmonter nos différences pour gérer ensemble, condition même de la paix civile.

 

Enfin, c'est bien à l'initiative des trois signataires des accords de Matignon et de Nouméa, que la Nouvelle-Calédonie est engagée, depuis 25 ans, dans une voie originale qui peut nous permettre de déboucher sur une décolonisation réussie au sein de la République française, conformément aux résolutions de l'Organisation des Nations Unies.

 

Mais alors que les indépendantistes affirment leur objectif, et nous, le nôtre, nous ne savons toujours pas quelle est la position de l'Etat, quelle est sa vision de notre avenir. Est-ce à dire que vous n'avez pas de préférence, pas d'opinion ?

 

Dans quelques jours, vos interlocuteurs australiens vous interrogeront :

Eux qui, aujourd'hui, reconnaissent à la France le rang de puissance régionale.

Eux qui saluent la stabilité politique des collectivités françaises du Pacifique.

Que leur répondrez-vous ?

Que la France n'a pas de légitimité historique à demeurer dans cet océan si convoité par les grandes puissances ?

Que l'Etat demeure à équidistance entre les indépendantistes et nous ?

Personne ne peut le croire et ce silence nous inquiète.

 

Cette posture participerait, non seulement, à un affaiblissement de la France dans cette partie du monde mais elle reviendrait à ignorer la volonté très majoritaire des calédoniens à rester français, fiers de leur appartenance à une nation capable de reconnaître et d'additionner leurs différences.

 

C'est la raison pour laquelle je m'associerai à la marche organisée, lundi, dans les rues de Nouméa pour exprimer notre fierté d'être français et notre détermination à le rester.

 

Je vous prie d’agréer, Monsieur le Président de la République, l’expression de ma très haute considération.

 

 

 Pierre FROGIER

Sénateur de Nouvelle-Calédonie

Signataire des Accords de Matignon-Oudinot et de Nouméa

         ,

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

11 juillet 2014
12:14
 

Bernard Deladrière, membre du gouvernement en charge, notamment, de la santé était ce vendredi l'invité d'Elizabeth Nouar dans Transparence, le magazine de la rédaction qui parle de l'actualité et qui donne la parole à ceux qui font l'actualité.

A propos de santé publique il indique que :"le plan ISA va être revisité, mais la lutte contre le tabagisme et l’alcoolisme reste une priorité en terme de santé publique"
Interrogé sur le travail du gouvernement :"les réunions de collégialité m’incitent à être optimiste : elles se déroulent dans une bonne ambiance, chacun s’exprime et il n’y pas de volonté d’obstruction. On est tous conscients des attentes de la population". 
Il s'est montré plus inquiet sur les relations au sein du camp indépendantiste : "Je n'avais jamais connu un tel degré de tension."
Bernard Deladrière estime, par ailleurs, que la visite du Président de la République doit forcément être préparée en amont : "Il n'est pas concevable que le Président de la République vienne ici sans annoncer un certain nombre de choses."
Quant au comité des signataires, il estime qu'il est souhaitable qu'il ait lieu chaque année "mais s'il est complètement creux, on peut se poser la question de son utilité."

Jeudi, Bernard Deladrière a présenté la campagne lancée par le gouvernement pour lutter contre la sédentarité. Une campagne de prévention intitulée "bouger, c’est possible". 
Au sein du gouvernement, Bernard Deladrière est également en charge du droit civil, du droit des assurances et du droit de l'urbanisme mais aussi du suivi des transferts de compétence.

4 juillet 2014
16:15
Grégoire Bernut, élu à la Province et au Congrès, chef du groupe Front pour l'Unité au Congrès, était ce vendredi l'invité d'Elizabeth Nouar dans Transparence.


27 juin 2014
11:03



Cynthia Ligeard, la présidente du gouvernement était l'invitée de notre magazine Transparence du vendredi 27 juin.
20 juin 2014
11:03


Charles Whashetine, le porte-parole du Palika était l'invité de notre magazine Transparence du vendredi 20 juin.
18 juin 2014
10:17


Pierre Maresca sera notre invité fil rouge et commentera l'actualité dans Info Mag ce mercredi dès 11h30.