DPG. L'avenir en fil conducteur

dpg-l-avenir-en-fil-conducteur

L'avenir en fil directeur de cette déclaration de politique générale qui reprend les codes du genre. C'est toujours un exercice long et un peu fastidieux dans la mesure où il essaie d'être aussi exhaustif que possible et de couvrir tous les secteurs.

Thierry Santa sur l'économie
Thierry Santa sur le RUAMM
Thierry Santa sur l'environnement
Thierry Santa sur les attentes
Virginie Ruffenach
Milakulo Tukumuli
Philippe Michel
Pierre Chanel Tutugoro
Louis Mapou
Thierry Santa a donc choisi l'avenir comme fil rouge dans son discours de politique générale que vous avez pu suivre en live sur notre site internetC'est toujours un exercice long (1h07) et un peu fastidieux dans la mesure où il essaie d'être aussi exhaustif que possible et de couvrir tous les secteurs de compétence du gouvernement en prenant en compte les aspirations de ses 11 membres. Et d'emblée, il propose d'inscrire l'action de ce 16ème gouvernement dans celle de l'avenir de la jeunesse comme grande cause territoriale.

Il évoque ensuite l'avenir sur une terre préservée et ouverte sur le monde pour décliner largement la préservation de l'environnement, mais aussi un avenir dans une société riche de sa diversité, un avenir en pleine possession de ses capacités en terme de santé et d'éducation, un avenir aussi, dans une économie dynamique et diversifiée et c'est là que l'on attend le nouveau gouvernement.
Thierry Santa veut libérer l'initiative, soutenir l'initiative privée, faciliter l'innovation et la diversification et accompagner la mutation du secteur du nickel. Il annonce deux lois sur la relance et sur l'économie mais fait aussi le constat de la situation économique.

Et toujours dans ce chapitre économique, le président du gouvernement évoque un avenir où l'administration facilite l'initiative. Il s'agit de moderniser, de rationnaliser et de repenser la gouvernance.

Evoqués également, la situation des comptes sociaux et la sécurité (la lutte contre les violences intrafamiliales), mais cette déclaration de politique générale a débuté par plusieurs annonces dans le domaine de l'environnement

En conclusion, Thierry Santa a appelé au respect des grands principes et il a posé la question : "Comment pouvons-nous demander à nos concitoyens de vivre ensemble en paix, de s’inscrire ensemble dans des projets au-delà des divergences communautaires et idéologiques, si nous ne le faisons pas nous-mêmes ? Nul n’est condamné à recommencer éternellement ce qui nous empêche d’avancer. Il y va de la préservation de la paix civile."

Les réactions

Les élus du congrès très attentifs évidemment pendant cette déclaration de politique générale. Certains prenaient des notes et ce sont bien sûr les chefs de groupe qui se sont exprimés dès la fin du discours de Thierry Santa. A commencer par Virginie Ruffenach, cheffe du groupe l'Avenir en confiance qui salue la volonté de réforme du président du gouvernement.

Du côté de l'Eveil océanien la satisfaction domine après un discours dont le maître mot est resté le dialogue. Pour le président du mouvement Milakulo Tukumuli le palabre est la condition de la réussite.

Du côté de Calédonie Ensemble le député Philippe Gomès était absent de l'hémicycle ce matin et c'est Philippe Michel qui a confié sa déception.

Côté indépendantiste les deux groupes ont livré des positions assez différentes. Pierre Chanel Tutugoro, chef du groupe Union Calédonienne estime que cette déclaration correspond à la personnalité du président.

Réaction enfin du groupe UNI par la voix de Louis Mapou qui considère qu'aucun signe d'une politique nouvelle et ferme n'est apparu dans ce discours et que c'est donc, de ce point de vue, une bonne nouvelle.