Requin. Marquer plutôt que prélever

requin-marquer-plutot-que-prelever

Restitution des ateliers de la biodiversité sur le thème de la prévention à la gestion du risque requin. Leur objectif était de consolider le plan d’actions existant avec les acteurs locaux.

Restitution ce midi à l’hôtel de la Province Sud des ateliers de la biodiversité sur le thème de la prévention à la gestion du risque requin. Leur objectif était de réunir durant une journée et demi une soixantaine d’acteurs locaux pour compléter et consolider le plan d’actions existant. 
Les questions de la régulation des populations via des prélèvements ou encore de la mise en place des filets de protection ont été débattues et n’ont pas été à priori retenues faute de retour d’expérience. 
En revanche, d’autres propositions ont été faites, telle que marquer de nouveaux requins pour mieux connaître leur déplacement et leur comportement ; poursuivre l’étude des lieux de sédentarisation ; cartographier les facteurs de risque ; développer une filière de valorisation des déchets de poissons ; mettre en place des équipements pour récupérer les eaux usées ; renforcer la réglementation et les contrôles des pratiques ; ou encore développer un système de surveillance active. 
Une synthèse présentée en présence de la présidente de la Province Sud Sonia Backès et du maire de Nouméa, Sonia Lagarde.