Saint Louis : 1 à 12 ans de prison

sait-louis-de-1-a-12-ans-de-prison

4 jeunes comparaissaient pour une série impressionnantes de vols entre juin et septembre 2018. La bande n’a pas hésité à ouvrir le feu sur les gendarmes pour échapper à la justice.

Le tribunal a suivi les réquisitions du Procureur de la République. Il faut dire qu'ils étaient tous défavorablement connus de la justice. Connus dans les affaires dites de Saint-Louis notamment et des blocages de la RP1. Entre 21 et 39 condamnations au casier judiciaire à seulement une vingtaine d’années. Aujourd’hui, appelé à la barre pour une quarantaine de vols chacun en moins de trois mois. « Des chiffres qui donnent le tournis » dira même le procureur de la République dans son réquisitoire. Alexis Bouroz qui précise que seuls les vols reconnus sont jugés aujourd’hui et qu’on en découvrira d’autres plus tard. A chaque fois la même chose, la bande sous les effets de l’alcool vole des voitures et autres objets dans des maisons du Mont-Dore et de Nouméa pour s’amuser. Ils finissent bien souvent par détruire les biens dérobés et n’hésite pas à se montrer extrêmement violent lorsque des témoins les surprennent. 

A chaque procès de ce type, ce sont également les mêmes scènes. Les prévenus arrivent avec un large sourire. Saluent les proches dans la salle d’audience. « Le fan club » dira la juge. Ensuite c’est un concours d’insolence et de fanfaronnade. « On n’est pas des délinquants. Un délinquant ne respecte pas la loi. Mais ici on est chez nous... » voilà la justification qui est revenue à deux reprises ce matin. Les parties civiles sont nombreuses aujourd’hui, ce qui témoigne du nombre important de victimes de ces jeunes. Parmi lesquelles : la gendarmerie. Le 4 septembre, la bande circule à bord d’un véhicule volé. Pour échapper à un contrôle de la police municipale, le chauffeur fonce sur la patrouille. Puis quelques minutes plus tard, le passager tirera sur une voiture banalisée de l’antenne du GIGN avant de se retrancher à la tribu de Saint-Louis. L’ogive finira sa course dans la carrosserie. « Des délinquants et des assassins en puissance ». Voilà comment le Procureur décrit les prévenus à la barre. « On ne peut pas les sauver et les réinsérer mais il faut les écarter de la société. Il se servent de la mort de William Decoiré comme d’un prétexte pour tirer sur les forces de l’ordre. » fin de citation. 

Les prévenus rigolent pendant que le Procureur de la République exprime son inquiétude sur cette délinquance qui s’organise, qui est désormais connectée entre les bandes de Saint-Louis et Canala par exemple. Ces mêmes prévenus seront de nouveau appelés à comparaître le mois prochain. Ils seront alors jugés pour les 3 vols avec violence les plus graves commis durant la période juin-septembre 2018. Dont l’agression d’une femme enceinte qui a fini par perdre son bébé.